Passer du pillage au partage

Chaque année, à l’échelle du monde, nous utilisons une fois et demie ce que la planète produit. En Belgique, trois fois. Nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis. Depuis une vingtaine d'années, les inégalités ne cessent de regagner du terrain.

La situation actuelle est le fruit d'une dérive.  Les fortunes les plus indécentes coexistent avec les pauvretés les plus extrêmes. Cet écart entraîne des tensions sociales, mais aussi de terribles douleurs individuelles, dans toutes les sphères. Les deux évolutions, environnementale et politique, se confortent. Elles sont explosives.

En quelques siècles, l'économie de marché et l'internationalisation ont permis un immense progrès matériel et un élargissement de notre compréhension du monde et des hommes. Pour avoir longuement travaillé dans le secteur privé, au sein d'une multinationale, Philippe Lamberts est un fervent partisan de la liberté d'entreprendre et d'innover.
Mais la dérégulation progressive et la financiarisation de l'économie ont amené cette liberté d'entreprendre à sombrer dans un capitalisme sans frontières géographiques ni morales.

Ce n'est pas en améliorant les chaussures que l'on a inventé le vélo.
Pour sortir de l'impasse dans laquelle nous nous trouvons, nous devons organiser une véritable transition de civilisation. Nous devons repenser la manière dont nous concevons notre rapport au monde, entre nous et à nous-mêmes : retrouver un usage raisonnable de la nature, et non la piller ; retrouver une économie productive, et abandonner le casino financier ; développer des dynamiques de partage ou de coopération, et cesser les affrontements stériles.

Nous devons mettre en place une politique européenne cohérente, audacieuse et radicalement différente, un green new deal. Mais nous devons aussi mobiliser les forces qui s'engageront pour que ce changement advienne, rassembler les volontés communes parfois éparpillées sur l'échiquier politique et dans la société.

Les écologistes peuvent et doivent fédérer autour d'eux ceux qui veulent une planète qui reste habitable et transformer la société.

Et pour parvenir à cet objectif, Philippe Lamberts a bien compris que la première étape était de rendre le débat politique plus accessible à tous. Il a donc écrit un livre "Clichés de famille. Oser (re)parler politique à table" pour donner des outils aux citoyens pour démeler le vrai du faux des clichés véhiculés notamment dans les médias classiques, à travers les lobbies ou encore les partis traditionnels. Découvrez en quelques extraits sur le site www.clichesdefamille.be

 

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditNewsvineTechnoratiLinkedinMixxRSS FeedPinterest
Pin It
Text Size
Manifestes pour une transition écologique
Lire la suite...
Désamorçons les bombes sociale et environnementale, et réinventons le bien-être
Lire la suite...
La véritable force de changement, ce sont les Verts
Lire la suite...
Passer du pillage au partage
Lire la suite...