Le Parlement européen a approuvé en avril dernier un nouveau règlement encadrant de manière très stricte les conditions dans lesquelles il sera encore possible à l’avenir, de limiter l’exploitation de certains types d’avions, même les plus bruyants, dans les aéroports de l’Union Européenne. Lorsque ce règlement entrera en vigueur (dans 2 ans), la lutte contre les nuisances sonores des avions ne pourra pour ainsi dire plus s’appuyer que sur des mesures curatives (expropriations, isolations, etc.) ou sur des modifications des procédures de vols, qui déplacent les nuisances d’un quartier à l’autre mais ne permettent plus guère de les maîtriser.

Contrairement aux députés PS, MR et CDH, qui ont tous voté « pour », les Verts ont massivement rejeté cette proposition de règlement qui, pour protéger les intérêts des compagnies aériennes et "limiter les risques de disputes internationales en cas de nouvelles restrictions d'exploitation frappant les avions de pays tiers", met gravement en péril la capacité des aéroports et des autorités compétentes à protéger la santé et l’environnement des populations riveraines en réduisant le bruit des avions à la source (par l'interdiction de certains types d'avions, la limitation du nombre de vols ou la suppression des vols de nuit, par exemple.)

 

En complément: